Recruter sans CV
qu’est ce que cela peut changer dans le recrutement ?

Centré sur les compétences, le recrutement sans CV permet aux entreprises de détecter de nouveaux talents sans CV, ni lettre de motivation.

Cette approche bouscule les habitudes de recrutement qui conduisent bien souvent au clonage et au formatage des candidatures. D’après vous, en quoi cette approche peut faire bouger les pratiques de recrutement ?


77 commentaires à
“Recruter sans CV qu’est ce que cela peut changer dans le recrutement ?”
  1. Le 4 septembre 2012 à 22 h 00 min

    Olesya
    a écrit :

    Mais amoncelez vos expe9riences de pcsahiytrie et de neuromachin, entre deux Dioge8ne et trois Rabelais. A l’instant of9 vous ME nommerez avec ce fourbi, je vous re9pondrai en premie8re personne. Une autre question, ad infinitum pour jouer le latin, pourquoi e9crire un commentaire sur un texte, critique ou pas critique ? Avec ce type de questions suressentielles, apre8s une bonne accumulation et un bon froid, on aura peut-eatre quelques chances de construire une patinoire virtuelle.Qui est ce Moi ? Ce moi c’est toi. Dois-je amonceler les expe9riences de neurologie et de psychologie sociale qui tendent e0 prouver que partout of9 il y a un ab moi bb, il y a un esclave. J’ai vraiment un faible pour ce type de pontifiage. Je vous propose le mien : d’apre8s MON expe9rience, partout of9 il se trouve un type qui amoncele de la neurologie et de la psychologie sociale qui tendent e0 prouver que partout of9 il y a un moi , il y a un esclave, il y a un esclave. Je vous laisse le soin de proposer une surdoublure.Quant au sentiment d’unicite9 qui fait pe2lir le soleil , cherchez bien vous trouverez.

  2. Le 27 avril 2012 à 16 h 04 min

    vadsaria
    a écrit :

    OK, OK, OK !

    Comment je fais pour expérimenter cet outil, en tant que demandeur et pas recruteur ?

    • Le 20 mai 2012 à 0 h 56 min

      Steph
      a écrit :

      Abi: If it was easy everyone would do it. Yeah it’s hard but you’ll get paid more than the avgaree wage in less than 5 years and you get to do a very enjoyable job if you do it well. Leave your cynicism at the door.

    • Le 19 mai 2012 à 0 h 59 min

      Nenk
      a écrit :

      Oy! If there’s a critique I could pabrboly use LOL!! I will bow out of the contest though because it should go to someone who doesn’t have an agent who is there to help with this stuff anyway. I’d feel bad. But I AM interested in buying the book. Oh and I’ll tweet the contest because it’s awesome and so are you!!

  3. Le 13 avril 2012 à 7 h 48 min

    DESAUNAY
    a écrit :

    Je suis tout à fait convaincu que l’évaluation objective de candidats par questionnaire est une étape indispensable du recrutement. Comme justifications, je peux citer:
    -Candidats autodidactes
    -Candidats n’ayant pas évolué depuis leur diplôme
    -Candidats ayant plus ou moins bien conservé les bases de leurs formations
    -Tricheurs (25% des CV, quand même…)
    -Vaincre les a priori sociologiques, ethniques etc…
    -Responsables hiérarchiques réticents à embaucher des gens plus compétents, aux notions plus fraiches que les leurs.
    -etc.

    Pour tout dire, j’en ai fait mon ‘business’. J’ai créé une boite qui offre des services de tests de compétences métier. J’y crois dur comme fer.
    (www.danes.fr)

    Cordialement

  4. Le 21 février 2012 à 15 h 26 min

    Duhem DRH
    a écrit :

    Le CV est un bon document de synthèse et de travail. C’est aussi un trés bon file conducteur pour les candidats (en particulier les profils qui son timides. Pour reprendre une phrase déjà sitée ” Ce n’est pas le CV qu’il faut supprimer mais la façon de s’en servir”.
    Aujourd’hui nous avons trop de contraintes juridique qui obligent les enteprises à être selectives. (comme l’age……………….ect………..)
    il faut faire tomber les tabous et dire la vérité
    Vous parlez d’une nouvelle méthode c’est une perte de )temps si on ne change pas le fond (contrat de travail)

    • Le 31 mars 2012 à 10 h 02 min

      Alim
      a écrit :

      oh permettez moi aussi de donner mon avis…
      Et bien je crois que vous avez raison….J’essai de comprendre le point de vue d’un RH qui doit mettre à profit toutes ses compétences pour servir au mieux les intérêts de son entreprise….
      Il y a l’aspect juriique..pour lequel mon manque de connaissance ne me permets pas d’aller plus en avant sur vos interrogations….Vous parlez de contrat de travail.enfin de changer les lois..cela doit relever de votre expériences qui vous démontre tel problématique…
      Mais, si ce n’est en rien avaoir avec une problématique…d’ordre légal….Alors je vois en cette facon d’aborder le recruetment comme une soupape…
      Le but de la soupape est en effet de libéré se sur trop de pression dans une mécanique…
      C’est justement là une forme d’ouverture intéressante. Car
      que vous soyez Rh dans une entreprise ou dans un cabinet, il y a un appel d’offre, et un trie des candidature…
      Mais avnt une selection.. .celle ci est la première étape pour vous, vous selectionner en fonction de critère qui vous sont propres… C’es là l’enjeu du recrutement sans cv….
      Cela permet à Vous les recruteur, d’avoir un point de vue global et d’ensemble sur les profils….
      Du reste une entreprise si elle n’est pas école, reste un structure, un organisme qui dispense des formations…pour les perfectionnement et le dévelopement des compétences.
      Pour les profils que vous cherchez en rapport à une activité ouverte qui nécessite des qualités humaines….C’est un bon moyen de renouveller la traditionnel forme ou process de recrutement qu’on adopté toutes les entreprises, mais aussi les cabinetss de recrutment.. A la fin nbous cherchons le la candidat(te)….
      Pour ce faire il faut aller plus loin que de simple criètere stricte et figer de recrutement…
      C’est peu être une nouvelle méthode, et j’insiste sur le mot méthode, qui ouvrira une voie nouvelle aux meilleurs des recruteurs….
      Merci de votre attention…
      Ps: moi je suis commercial…
      ca m’intéresse… Bye

      • Le 18 mai 2012 à 6 h 22 min

        Postnet
        a écrit :

        do remember the a330,000 you just spent on your edtaucion.do realise these things arent always that obvious considering you dont get told this kind of stuff in the two hours a month you get with your arrogant design lecturer.don’t expect to be paid one penny in the five years after graduation despite being perfectly capable of doing the job (being able to pay rent is an added luxury remember)don’t make yourself sick with worry.Don’t get really disappointed when you meet your idle and realise he is also an arrogant swine. you can be like this one day too.and remember thats life and you are worth nothing despite all the free work you do

    • Le 31 mars 2012 à 9 h 48 min

      Alim
      a écrit :

      Bonjour,

      Les contraintes juridiques…? Ce que vous dites Mr, Mme DUHEM est loin de la vision que je porte aux recruteurs….!
      Bien, je ne me doutai pas qu’il y avait ce type de contrainte. Mais justement en terme de loi ..N’est il pas dit dans une situation tel que celle que je me permets de vous soumettre : “si un candidat, je prends l’exemple de l’informatique, autodidacte, je sias pas disons qu’il est web master, qu’il s’invente tel expérience ou autres, qu’à l’entretien, puisque qu’il a bien bien compris l’ouvrage créer un site web pour les NULS” il fait preuve de pertinence, que dans l’esplicitation de son parcours il démontre qu’il à réaliser tek chose en précisant de facon précise comment, et que cela soit soutenu par exemple par un opérationnel. QU’on le recrute ensuite, qu’il soit à la hauteur en terme de compétence, mias qu’au bout de six moi; disons qu’il soit franc, aille voir sa, son DRH et qu’il dise la vérité !”
      Ma question, qu’est ce que cela vous inspire ?
      Que lui verriez vous pour son avenir dans cette entreprise ?
      Enfin troisèmement que dis la loi à ce sujet ?
      Merci de répondre à cette question…..par avance…

      • Le 18 mai 2012 à 18 h 07 min

        Shved
        a écrit :

        COming back to say that I posted your cotenst on my sidebar, and then got sucked into your Princess for Hire Analysis. Great observations! But I have a question: do you think that the protangist being the worst fit for the challenge (Hiccup and Desi, for instance) is primarily an MG thing? I’m wondering with respect to YA. Just curious on your opinion.

    • Le 29 février 2012 à 6 h 59 min

      Sammy
      a écrit :

      Je ne cepnromds pas le sens de votre article.Vous dites que c’est un spectacle pitoyable et une connerie mais que par ces actions, ce jour est enfin arrive ou ces footballeurs pourraient retrouver leur liberte . Comment comprendre ?Vous dites que les banlieusards sont victimes de repression , que les footballeurs ne devraient pas etre des modeles, lesquels devraient etre les instituteurs , les intellectuels . Mais qui reconnait dans les banlieues les professeurs comme des modeles et des personnes a respecter ? Les profs, agresses chaque jour verbalement quand ce n’est pas physiquement 20-25 ans, c’est trop jeune pour comprendre que quand vous etes en poster dans les chambres des gamins, vous etes forcement un modele, que vous le vouliez ou non ? Se battre pour l’honneur de la nation : on n’en demande pas tant, mais si on parle de cela, a l’age ou d’autres entraient dans la Resistance en 1940 pour cet honneur de la nation , c’est trop jeune maintenant pour simplement reflechir a son comportement quand on passe a la tele ?La verite, c’est que ces footballeurs sont a l’image de la culture ambiante, celle du culte de la reussite individuelle. Et que, walkman sur les oreilles, refusant une responsabilite d’exemplarite, interesse seulement par sa bonne fortune, le footballeur ne vaut pas mieux que le capitaliste interesse seulement par ses plus-values boursieres et indifferent aux consequences sociales de son activite.

  5. Le 8 septembre 2011 à 13 h 45 min

    YD CONSULTANT
    a écrit :

    Je ne suis pas contre l’inventivité, mais cela me semble un peu…”décalé”…

    Passer par un autre moyen que le cv : oui
    Le supprimer tend à revenir sur un flot de candidats en inadéquation avec le besoin ou bien un flot beaucoup trop important à gérer…il faut bien des limites.

    quand on a 80 candidatures pour un poste…comment faites vous ?

    Testons : je suis ouvert a propositions :

    Je suis consultant RH et recherche un poste en tant que responsable de recrutement ou de formation, ou voir de directeur de centre de formation dans un groupe de renommée.

    Merci pour vos réponses.

    • Le 21 septembre 2011 à 13 h 50 min

      BOKINI Adékinmy
      a écrit :

      Recruter sans CV, c’est une bonne initiative mais avec beaucoup d’inconvenient que d’avantage à mon avis. Et recruter sans CV serait bon pour certains niveau de qualification. Le recrutement sans CV ne pourra donc pas être généralisé. On ne peut pas recruter un médécin par exemple sans savoir ce qu’il a fait comme formation. Même s’il est aussi vrai que les contenus de CV sont émailler des informations non vraie, il est important de vérifier ces informations du moins pour quelques postes et niveau de qualification donné.
      Votre avis m’interesse!

  6. Le 18 août 2011 à 9 h 19 min

    Paul Girault
    a écrit :

    Le CV est pourtant un bon document de synthèse et de travail pour “cadrer” les candidats et l’entretien. Après, même avec un bon document de référence, on peut faire du mauvais travail. Je pense que ce n’est pas le CV qu’il faut supprimer ou “anonymiser”, c’est la façon de s’en servir.

  7. Le 13 juillet 2011 à 7 h 38 min

    claire
    a écrit :

    Il me semble que le fait de défendre à l’écrit ses compétences et acquis professionnel est en soi un discriminant culturel… Tout le monde n’en est pas capable et le côté dissertation est quand même très français. Il ne faut pas confondre un bon rédacteur et un bon professionnel. Certains savent se vendre…
    Par ailleurs, il a été montré que certaines fautes sont excusés par le recruteur lorsqu’il s’aperçoit de l’origine étrangère ou défavorisée d’un candidat. Lorsque la candidature est anonyme, ces personnes sont systématiquement écartées.
    Ensuite, je reste persuadée de la valeur d’un bon diplôme. Selon les cas, il révèle des qualités importantes chez les individus – comme la combativité, la capacité de réflexion – et sanctionne de vraies compétences techniques acquises. Il me semble plus important de permettre à tous d’accéder à des formations et d’avoir des diplômes lorsqu’ils ont acquis les connaissances requises plutôt que de nier la valeur de la formation ou de l’expérience.
    Il me semble aussi qu’il y a aussi un travail à faire de la part des universités et des écoles pour communiquer aux entreprises les compétences que sanctionnent leurs diplômes. Cela permettrait aux recruteurs de moins se focaliser sur la notoriété de l’école et plus sur le contenu des enseignements.

    • Le 2 août 2011 à 6 h 35 min

      ALIAGA
      a écrit :

      Je pense que c’est une très bonne chose que le recrutement sans cv, comme première étape.
      Malheureusement les connaissances acquises dans les grandes écoles ne deviennent compétences qu’à travers des expériences concrètes sur le terrain.
      Recruter sur la seule valeur du diplôme n’est pas suffisant et met d’emblée hors jeu tous les autres profils “hors normes” et tous les “out sider” peut être mieux “câblés” pour trouver des solutions dans un contexte hyper mouvant et incertain.

  8. Le 20 mai 2011 à 1 h 17 min

    Chrystèle
    a écrit :

    Personnellement, je trouve que c’est une excellente idée surtout en cas de parcours atypique ou si l’on veut changer de secteur d’activité. Et je vous assure que l’on a tendance à vous mettre dans des cases dont vous vous trouver de fait prisonnier.
    Alors concrètement sur quels postes peut-on d’ors et déjà postuler sans CV?

  9. Le 9 mai 2011 à 17 h 06 min

    JP
    a écrit :

    ça va peut être me permettre d’être enfin chassé par des Entreprises françaises, car pour l’instant ce sont toujours des Sociétés étrangères qui me reçoivent….

  10. Le 3 avril 2011 à 21 h 57 min

    Virginie
    a écrit :

    Bonjour et bravo pour cette initiative, qui nous sommes nombreux à le regretter devrait pourtant couler de source. Parce qu’il m’a toujours semblé que ce qui devrait primer pour une entreprise, ce sont les compétences et plus elles sont variés, mieux c’est.
    Ceci dit, j’aimerais savoir où l’on trouve le lien des offres d’emploi associées à ce nouveau concept ?
    Merci

  11. Le 16 novembre 2010 à 10 h 20 min

    la méthode question de compétences permet d’identifier des situations professionnelles et des environnements différents.on va s’intéresser plus particulièrement à la capacité du candidat à réagir et agir dans une situation donnée.on va lui demander de nous décrire ses actions de manière factuelle.
    Vous avez raison, on va par cette méthode ouvrir aux autodidactes créatifs, enthousiastes dont les capacités d’adaptation sont riches.

  12. Le 14 novembre 2010 à 20 h 42 min

    Didier
    a écrit :

    C’est une excellente initiative ! et très proche de ce qui se fait chez nos amis anglo-saxons. Après avoir travaillé 20 ans à l’étranger et dernièrement à Londres mon retour en France a été dur… Première question en regardant mon CV quel age avez vous ? En Angleterre on s’intéresse à ce que vous êtes capable de faire et ce que pense de vous vos anciens collègues et managers. On peut être directeur marketing d’une grande société de télécom avec un diplôme universitaire en géographie si on a fait ses preuves ou si on montre un intérêt hors du commun pour ce job. Au delà de cette initiative j’aimerais savoir quels sont les actions qui vont être prises pour qu’elle ne soit pas qu’une magnifique idée non appliquée. Merci de toutes façons. C’est SUPER et donne de l’espoir.
    Didier

    • Le 20 novembre 2010 à 17 h 56 min

      TOURNAN Evelyne
      a écrit :

      Bonjour,
      Très contente de votre information. Cela fait des années que je lutte pour la discrémination à l’âge, que je me permets de rappeller à nos chers patrons que le dynamisme fait partie d’une personnalité…Ancienne directrice de boutique et manager, je dois me contenter actuellement d’un poste d’aide-dentaire, parce que j’ai 50 ans…et que je suis une femme.
      Alors, haut-les-coeurs et battons nous pour cette nouvelle forme de recrutement. Mettons nos CV à la poubelle et battons nous sur le terrain. Et que ces hommes et ces femmes de la D.R.H se souviennet que RH, veut dire juste relations humaines. Cordialement..Evelyne Tournan.

    • Le 16 novembre 2010 à 12 h 36 min

      merci pour vos encouragements.Actuellement nous travaillons avec plusieurs entreprises sur cette méthode et elle semble intéressée de plus en plus tous types d’entreprises.Le regard sur la compétence change et les entreprises sont ouvertes aux expèriences diversifiées.lors de l’élaboration du questionnaire un travail minutieux est réalisée sur les situations professionnelles, le terrain.On repère le travail réel.

  13. Le 14 novembre 2010 à 12 h 17 min

    Alain
    a écrit :

    Le CV permet juste à l’employeur d’avoir une vue large sur le profil et cursus du postulant. Les informations qui figurent quelquefois dans la plupart des CV ne sont pas aussi vraies et ne déterminent avec exactitude le candidat. C’est au pied du mur qu’on connait le vrai maçon n’a – t – on pas coutume de dire?

  14. Le 12 novembre 2010 à 13 h 36 min

    Vincent
    a écrit :

    Ce que je trouve « amusant » en France, c’est qu’on cherche systématiquement ou presque à formaliser les processus, fabriquer une procédure. L’idée de base est bonne, à savoir, se préoccuper le moins possible du parcours académique, voire professionnel (là, je serais plus nuancé). Mais c’est un souci qui devrait être permanent chez tous les recruteurs, sans pour cela sortir un nouveau concept ! Ingénieur, responsable technique, j’ai déjà fait du recrutement, et je n’attachais qu’une importance très relative au diplôme. Ce qui m’intéressait bien davantage était de savoir ce que le candidat avait déjà traité comme problème, ce qu’il était capable de faire, et comment il pensait pouvoir le faire. J’ai été (à de rares exceptions) satisfait de cette approche (et les clients aussi), faite en parfait accord avec mon responsable. A contrario, plus tard dans une autre structure, j’ai été sidéré qu’un responsable technique refuse d’engager un spécialiste (difficile à trouver) expérimenté qui plus est (7ans), parce qu’il n’avait pas le bon diplôme…. On m’a aussi demandé en tant que candidat, de 15 ans d’expérience à l’époque, si j’avais eu une mention au bac !!!!!! (si, si, je vous assure …..). La France est malade de plusieurs choses : la diplomite aigüe, la sclérose des mentalités, surtout de ne pas faire ce qui marche ailleurs (ben oui, nous sommes les plus intelligents alors nous allons faire autrement pour se distinguer… ah les ravages de l’exception française), à savoir tout simplement mettre « la bonne personne au bon endroit au bon moment ». Ce denier point concerne aussi et SURTOUT les recruteurs ! Combien de fois ai-je vu des recrutements faits par des gens les moins indiqués…Et l’Apec n’est pas non plus à l’abri ; J’ai été interviewé par un chargé de recrutement de l’Apec qui non seulement donnait l’impression de ne pas connaitre le secteur d’activité pour lequel une entreprise avait délégué cette recherche, mais qui de surcroît faisait preuve d’une certaine étroitesse de vue…. Le mot clé ne transparaissait pas suffisamment dans mon cv et dans mon discours. Le mot clé en question était ………..« innovation » ! Comme si l’innovation se décrétait….. Un esprit innovant se trouve à mon sens bien plus dans l’ouverture d’esprit que dans 10 ans d’expérience dans un service « recherche et innovation », dans lequel on peut passer beaucoup de temps à chercher, et ne rien trouver.
    Tout ceci pour dire que point n’est besoin de pondre une énième réforme, procédure, processus, du recrutement ; ce sont surtout les mentalités qui sont à changer. Point n’est besoin de dire que cela se passe au moins à l’échelle d’une génération, hélas. Inutile, donc ? Pas pour autant ; cela a au moins le mérite de rappeler qu’il y a encore beaucoup à faire sur le sujet. Opération de communication ? Sans doute. Tant de la part des sociétés qui y ont recours que….. de l’Apec, qui y voit sans doute le moyen de se distinguer de la concurrence.

    • Le 13 septembre 2011 à 16 h 21 min

      Helene
      a écrit :

      Oui, peut etre que l’Apec tente de se demarquer. Au moins, ce que je trouve de positif c’est qu’ils participent a bousculer un peu les RH. Quelque part, se questionner sur les Vrais besoins du poste, c’est une avancee pour les RH car ils ont un peu oublie cet aspect.
      Et si l’on prend le probleme a l’envers, peut etre aussi que bp de gens payes a trier des CVs, non formes ou informes sur le poste a pouvoir, se voient donner par la Direction une marche a suivre ne permettant plus (ou tres peu) de faire leur job correctement.
      Depuis que je travaille a l’etranger (bien que j’aurais prefere dans mon pays), j’ai eu la “chance” de rentrer dans une grande boite apres plusieurs experiences.
      Depuis, les boites francaise me contactent (avant cette boite, cela n’etait pas du tout le cas, malgre mes experiences). Pas pour le job que j’indique en titre de CV mais cela revele bien le stereotypage dont vous parlez. Faut-il pour autant monter sa boite pour tenter de faire evoluer les mentalites?
      Essayons malgre tout de garder le cote positif de la demarche Apec. Cela permet de reveiller des habitudes rouillees.

  15. Le 9 novembre 2010 à 14 h 05 min

    Florent
    a écrit :

    Bravo pour cette initiative. Il me semble que cela va améliorer nettement les méthodes de recrutement actuels. C’est un recentrage sur une réalité (du terrain) par rapport aux théories. Les candidats pourront s’exprimer de manière plus opérationnelle.

    Cependant, le système actuel classe par catégorie chaque poste, afin de définir les niveaux de responsabilités au sein de l’entreprise mais aussi la rémunération correspondante (grille salariale). Dans la plupart des cas, j’ai toujours constaté que cette catégorie dépendait fortement du niveau d’étude…
    Mesurer le potentiel du “savoir comment faire” ne s’apprend pas à l’école. Faut il alors apporter des modifications au niveau de l’Éducation Nationale?

    Par exemple un jeune qui veut faire ses preuves en période test (gratuitement) ne peut pas être pris en charge légalement de manière simple (assurance, couverture sociale, statut, limite responsabilité, pas de loi contre le risque d’exploitation sauvage, etc). N’est il pas dommage que les plus motivés ne puissent bénéficier d’un cadre légal et bénéfique pour les deux partis (employeur/employé)?

  16. Le 8 novembre 2010 à 8 h 21 min

    Sylvain
    a écrit :

    Je trouve que c’est une excellente idée.

    Je suis passé à côté d’un jeune collaborateur génial parce ce que je me suis laissé influencer du fait qu’il avait peu d’expérience et peu de diplômes.

    Alors que si je l’avais mis à l’épreuve comme il me le proposait, il aurait eu des performances exceptionnelles.

    Il est parti aux USA où il travaille avec une PMI qu’il a boostée et dont il est, à 25 ans, l’un des piliers après deux ans de travail. Il a révolutionné le secteur avec ses idées et est en train d’écrire un livre.

    • Le 9 novembre 2010 à 9 h 39 min

      c’est intéressant sylvain votre expérience.Pouvez vous m’en dire plus concernant vos critères de recrutement .Qu’est ce a qui a fait que vous n’avez pas fait ce pari de l’engager et de le laisser faire ses preuves.Faites nous partager votre analyse.j’attends vos commentaires !!!

      • Le 9 novembre 2010 à 10 h 17 min

        Sylvain
        a écrit :

        J’exerce une profession libérale dans le domaine artistique. Je n’ai aucune expérience en recrutement. Je cherchais un collaborateur pour s’occuper de mes relations presse et des contacts avec des décideurs.

        Ma seule idée a été de suivre la tendance et faire “ce qui se fait”. C’est à dire quelqu’un d’expérience et de diplômé.

        Il n’avait aucun diplôme et très peu d’expérience, il m’a demandé tout simplement de le mettre à l’épreuve et m’avait même proposé de travailler trois mois gratuitement, tellement il était sûr de lui et qu’il avait envie de travailler avec moi.

        J’ai préféré ne pas prendre de risques et opté par quelqu’un offrant un profil plus adapté.

        Aujourd’hui je me rends compte que dans ma profession le plus grand risque est justement de ne pas vouloir prendre des risques.

        Il a énormément de jeunes autodidactes, créatifs et enthousiastes, qui ont des stratégies d’apprentissage personnalisées, adaptées à leur propre personnalité et souvent plus efficaces que les programmes figés des écoles. Ils ne demandent qu’à être mis à l’épreuve.

        L’internet a favorisé l’émergence de ce type de profil.

        Désormais je ne refuserait pas ce type de demande.

  17. Le 11 octobre 2010 à 14 h 28 min

    Laurent
    a écrit :

    Avec ou sans cv qu’est-ce que cela va changer au final ? Dans un cv vous avez les diplômes et le parcours professionnel, les DRH qui recrutent savent lire et apprécier le parcours professionnel de chacun et évaluer un niveau de compétence par rapport à ces éléments. Quand ils exigent tel ou tel diplôme c’est pour s’assurer que les connaissances théoriques nécessaires au poste à pourvoir sont acquise et ne pas avoir par exemple à planifier telle ou telle formation. Ce qui reste important mais ce dont on parle peu c’est la personnalité du recruté, sa motivation, comment il va s’intégrer dans l’équipe, sa mobilité, que va-t-il apporter de nouveau et de positif pour l’entreprise, etc…
    définir un recrutement ne se résume pas à une question avec ou sans CV, tous les paramètres sont importants.

    • Le 14 octobre 2010 à 15 h 48 min

      le questionnaire recruter sans cv aborde les dimensions de la personnalité à travers des mises en situation et demande aux candidats de travailller sur certaines situations de gestion de l’urgence ,ou de cohésion d’ équipe.On lui demande également de nous raconter des expériences différentes dont il mesure lui même son degré de satisfaction.,sa contribution ,les bénéfices retenus.Lors de l’entretien de face à face nous avons matière à investiguer plus finement des éléments de sa personnalité.

  18. Le 18 août 2010 à 16 h 36 min

    Eric
    a écrit :

    Excellente initiative, mais ne restera-t-elle pas lettre morte ?

    Quelle est aujourd’hui la part de DRH qui sont prêtes à jouer le jeu?
    Après une décennie de mise en place d’outils bien débiles de filtrage automatique de cv sur mots-clé et l’éviction de vraies compétences au sein des cabinets de recrutement, (combien de fois un quadra se voit il jugé à l’emporte-pièce par une jeunette de 24 ans?) il y a fort à parier que certains seront loin de d’accepter une remise en cause de la sclérose “exception culturelle” Française et de sa diplomite aigüe.
    En même temps quand on dit sans CV dit-on sans parler des diplomes ou bien sans parler du parcours du tout , car ce 2nd point parait quand même bien utile à l’éclairage d’une candidature.

    • Le 21 août 2010 à 21 h 12 min

      oui Eric ,cette méthode va bouleverser certaine pratiques et pousser chaque DRH à se détacher des outils classiques .Sans CV c’est une lecture libre sans attaches et centrée sur du concret. on ne fera pas référence à un parcours linéaire .Les questions vont interroger des situations rencontrées.on quitte le support CV pour explorer.
      Cette nouvelle démarche ne doit pas “rester lettre morte” mais lancer de nouvelles pratiques en détection de compétences.Ce sont les internautes à travers leur remarques qui engageront ce nouveau débat .Qu’en pensez vous ?

  19. Le 28 juillet 2010 à 10 h 07 min

    Bonjour à tous

    Pendant les congés de Claudine, je viens avec plaisir échanger avec vous.

    Au fond, j’ai l’impression que vous avez tous l’air d’approuver cette nouvelle méthode de recrutement, inventée (oui, oui, inventée) et mise en place par l’Apec.

    Vous appréciez que le recruteur, grâce à cette méthode, sera plus tourné vers l’avenir (ce que vous pouvez faire pour l’entreprise) que le passé (vos diplômes et votre parcours professionnel). Très bien.

    Mais sur quoi voudriez-vous, plus précisément, que les questions portent, comment doivent-elles être formulées pour permettre de découvrir les atouts réels du candidat, sa “promesse”, sa motivation pour le job ?

    J’aimerais avoir votre avis que vous soyez recruteur ou candidat potentiel. Et que nous échangions à ce sujet.

    • Le 6 août 2010 à 7 h 04 min

      Loïc
      a écrit :

      Bonjour,
      Je suis « candidat potentiel ».
      Pour ma part, il serait beaucoup, plus simple d’avoir une liste décrivant les tâches qui devront être effectuées pour le poste décrit.
      En effet, il est simple dans ce cas d’analyser quelles tâches peuvent être effectuées avec les compétences acquises, quelles autres pourront être effectuées avec un minimum de formation, et enfin malheureusement quelles tâches ne pourront pas être effectuées, du moins sans formation lourde, longue et couteuse.
      Le parcours professionnel est trop souvent privilégié par rapport au parcours personnel. Les compétences qui sont acquises en dehors du parcours professionnel restent souvent dans l’ombre. Le recrutement sans CV est peut-être le moyen de mettre toutes nos compétences au service des entreprises, pas seulement celles acquises en milieu professionnel.
      Loïc

  20. Le 27 juillet 2010 à 17 h 17 min

    Christine
    a écrit :

    C’est bien de recruter sur les compétences nécessaires au poste, mais une fois rentré dans l’entreprise, est-ce que le diplôme, l’école, ne vont pas reprendre leur place dans la l’évolution de carrière du candidat, pour les grilles de salaire, les promotions, les titres … Surtout dans les grosses boites où le diplôme et l’école semblent encore primordiaux pour évoluer…

  21. Le 21 juillet 2010 à 20 h 41 min

    Anne
    a écrit :

    Le système français, sclérosé par sa politique des diplômes, n’en sera que mieux oxygéné !
    Combien de temps encore faudra-t-il accepter de “passer à côté” du poste pour lequel on est pourtant taillé, de par son parcours professionnel notamment, parce qu’on n’a “pas le profil”, sous entendu la bonne école, le bon diplôme, la bonne filière ?!
    Mais cela nécessite de savoir ce que l’on veut : une personnalité, des compétences, ou alors un clône en papier … ?
    Enfin une bonne nouvelle pour l’emploi en France ? Pas gagné : la mentalité française a encore sa révolution à faire en la matière.

    • Le 7 septembre 2012 à 5 h 33 min

      Tiyo
      a écrit :

      dit : Sympa ce genre de plugins mais pas polbssie de faire original ?J’ai vu que quelqu’un recherchait (et moi aussi)un plugin qui re9pertorie tous tes tweets sur une certaine dure9e (par exemple une semaine) et les afficher dans un article. (mais sans prendre en compte les @ ) Ce serait le top ce plugin et innovateur

  22. Le 16 juin 2010 à 12 h 13 min

    Marlène
    a écrit :

    Avec ou sans ? Quelle importance ?

    L’idée ne serait-elle pas de donner tout simplement sa chance à chacun et ce, au regard de la réalité des besoins du poste, c’est à dire en terme de savoir, savoir faire et savoir être ?

    L’idée ne serait-elle pas que chaque partie, recruteur ou recruté, puisse endosser sa responsabilité pleine et entière de sa demande ou de son offre ?

    L’équilibre en toute choses est une question de dosage, il demande la prise en compte du contexte et des perspectives …

    toujours n’est pas mieux que jamais…
    Et, hier permet aussi de construire demain…a minima pour ne pas réitérer les erreurs du passé.

    • Le 16 juin 2010 à 20 h 09 min

      “Laisser sa chance “c’est justement l’idée du questionnaire en ligne qui permet aux candidats de raconter leurs expériences multiples sans aucun repère chronologique ou autre.On se centre sur le contexte et la mise en oeuvre.Le recruteur va construire son investigation à partir des réponses obtenues et va aborder cette rencontre avec une plus grande ouverture et s’engager à explorer,à creuser au fur et à mesure lors de l’entretien de face à face.

  23. Le 16 juin 2010 à 11 h 00 min

    fatima
    a écrit :

    Bonjour,

    Moi qui ait des diplômes, je préférais qu’on me teste effectivement sur mes compétences et mes capacités plutôt qu’avec des entretiens (auxquels on prépare des réponses toutes faites) ou des lettres de motivations qui reprennent souvent les mêmes éléments.
    C’est en me testant sur mes compétences que j’ai véritablement pu avoir la chance d’occuper des postes qui me correspondent.
    Aujourd’hui au chômage, je cherche et mes entretiens n’aboutissent pas.

    • Le 16 juin 2010 à 20 h 18 min

      Question de compétences – Recruter sans CV ouvre cette perspective où le candidat raconte ce qu’il sait faire et comment il s’y est pris. Les compétences opérationnelles sont identifiées par la démonstration et permet au recruteur de préparer un questionnement plus affiné.
      Ce n’est plus une rencontre conventionnelle mais un échange dynamique.

  24. Le 13 juin 2010 à 16 h 26 min

    pole emploi
    a écrit :

    vous avez piqué la MRS à Pôle emploi !

    • Le 16 juin 2010 à 19 h 58 min

      « En réponse à votre message, nous souhaitons vous apporter l’éclairage suivant :
      La MRS est une méthode de simulation, créée par Pôle Emploi. Le candidat est testé grâce à des mises en situation reconstituant la réalité opérationnelle du poste à pourvoir.
      Question de compétences – Recruter sans CV a pour principe de permettre aux candidats, via un questionnaire, d’expliciter et d’argumenter leurs compétences professionnelles. Cette méthode est conçue pour faciliter la projection dans des situations concrètes inhérentes au poste à pourvoir. Il ne s’agit pas de test.
      Ces deux méthodes ne font pas intervenir le CV dans le process de recrutement : c’est peut être ce qui fait qu’elles paraissent similaires.

  25. Le 12 juin 2010 à 7 h 00 min

    DARK VADOR
    a écrit :

    Il ne faut pas se leurrer trop vite !
    Recruter sans CV peut avoir du bon c’est à dire pour le candidat comme le recruteur de gagner du temps (un seul document au lieu de CV+lettre de motivation), plus efficient lors de l’entretien, capacité à convaincre… etc etc.
    Comme du mauvais c’est à dire pour le candidat, tomber dans un presse-citron destiné à lui extraire ses connaissances, ou pour le recruteur de tomber sur le candidat “contrefait”.
    Une fois de plus les DRH français sont à la “ramasse”‘ car aux USA on vous jugera sur les faits, et les mises en situations réelles et non quelques “piapiatage sur une feuille de papier”. C’est le “ça passe ou ça casse” !

    • Le 15 juin 2010 à 19 h 28 min

      c’est une démarche qui laisse le candidat libre pour exprimer ses réalisations avec son propre style.il peut développer des expériences professionnelles et extra-professionnelles en rapport avec les questions posées.Le recruteur peut ainsi explorer d’autres univers et aborder différemment l’entretien.c’est une nouvelle approche que les anglosaxons ont intégré dans leur mode de communication mais nous y arrivons également à grand pas !!!!! c’est un début .

  26. Le 9 juin 2010 à 10 h 33 min

    BORE
    a écrit :

    Enfin une approche qui tiend compte des compétences, plutôt que des connaissances. Que de temps perdus à ne prendre en compte que le cursus universitaire ou scolaire. Le QI, n’est pas le seul facteur de réussite, ni la panacée universelle.
    Combien d’AUTODIDACTE, ont ainsi été évincés, et combien de Sociétés, sont passées à côtés de véritables potentialités. .

  27. Le 8 juin 2010 à 22 h 32 min

    Marie-Pierre Fleury
    a écrit :

    article du blog id-carrieres sur le sujet :
    Le recrutement « sans CV » : du marketing RH ? ou de réels apports pour les personnes en recherche d’emploi et les entreprises ?

    L’Apec (Agence pour l’Emploi des Cadres) a relayé la semaine dernière dans les media de nouvelles expérimentations relatives à des recrutements de cadres sans utilisation d’un CV, notamment illustrées par l’expérience Auchan. Plusieurs expériences ont déjà eu lieu ces dernières années dans d’autres entreprises et sur des profils moins qualifiés avec l’aide de l’ANPE de l’époque (aujourd’hui Pôle Emploi). L’approche du recrutement par simulation est née au Canada, pays toujours très innovant en matière de pratiques et d’outils RH.

    Cette modalité contribue-t-elle réellement pour les candidats à élargir les opportunités d’emploi ? pour les entreprises qui recrutent à diversifier les profils des salariés recrutés (objectifs affichés) ? et plus globalement à fluidifier les pratiques de recrutement au bénéfice de toutes les parties prenantes ?

    Tout d’abord, regardons de près les modalités du recrutement dit « sans CV »
    Première étape de la sélection : une mise en situation par simulation (MRS, méthode de recrutement par simulation) ou un questionnaire selon les méthodes utilisées.

    Seconde étape de la sélection : un entretien ou plusieurs au sein de l’entreprise durant lequel le recruteur ne dispose pas du CV du candidat (en principe …).

    Que penser de ces modalités ?

    1- Toute personne qui le souhaite peut participer .. lire la suite http://bit.ly/aZeXM2

  28. Le 8 juin 2010 à 18 h 09 min

    Christophe LECROC
    a écrit :

    Bonjour,
    en 2008 j’ai ete recruté au vu de mon CV
    pas d’entretien d’embauche…. donc voilà ca exciste, c’est surprenant mais j’ai connu (c’est ca qu’on appel AUTODITACTE…..). Le Dirigeant qui m’a recrutré cherché plus un professionnel. Je crois que c’est les USA ou en IRL que les compétences sont misent aussi en avant…. un diplome ben oui tu peux le louper le jour de l’examen par le stress…..

    • Le 4 septembre 2012 à 8 h 15 min

      Daisuke
      a écrit :

      En bref Le super Timor n’est plus ce qu’il e9tait. Certainement de la contrefae7on.Que reetinr de votre amoncellement ? Stirner fut le viatique de Michel Onfray mais le proble8me, le seul, c’est que la philosophie marketing d’Onfray c’est de l’eau de vaisselle, avec ou sans Max Stirner. Vous nous proposez le0, en creux, dans une grande labilite9 the9orique la critique de Marx et Engels, e0 ce point connue que je n’insiste pas : saint Max, le petit-bourgeois qui n’a jamais quitte9 les abords de la philosophie spe9culative, en lutte contre une mosaefque de majuscules, incapable de s’e9lever au niveau de la critique sociale, ceintre9 dans son confort re9actionnaire. Ok. Le proble8me, le0 encore, puisque e0 force de me lire vous allez comprendre progressivement que seuls les proble8mes m’inte9ressent (condition d’un bon armement de la critique sociale et en conse9quence d’une pratique ) c’est que Stirner ce n’est pas une doctrine mais une me9thodologie critique nettement plus perforante que celle de Bakounine. J’y reviendrai l’anne9e prochaine.Nous allons progressivement vers un face e0 face entre des individus et des structures totalement alie9nantes. Il y aura les moutons de panurge concerne9s par leurs inte9reats de9cide9s par d’autres et il y aura les grandes gueules e9gotistes. Je choisis le deuxie8me membre de l’alternative, c’est-e0-dire mon inte9reat, disons ici re9el . De ce point de vue, Stirner reste une me8che.Je reviens quelque peu sur votre cynisme de pacotille. Re9veillez toute les antiquailles que vous voudrez, entassez des feuillets sur des feuillets de citations, vous ne de9rangerez personne. Une fois le cynisme marchand passe9 du cf4te9 des gros bataillons, il vous reste, le petit doigt en l’air, avec ou sans huile, comme utile crite8re de de9marcation, les dates et les apocryphes. Bref du Onfray en pile chez Auchan.De vous : Espe9rer se le9gife9rer au sein d’une subjectivite9 toute puissante est un leurre . Je vous conseille la petite paroisse de Semalens, il y manque un cure9.

  29. Le 7 juin 2010 à 12 h 33 min

    christine fauché
    a écrit :

    Effectivement, je trouve l’idée plus que séduisante et différençiante.
    Maintenant je pense qu’il serait bon que chaque candidat puisse avoir un retour sur son dossier, qu’il soit avec ou sans CV…
    L’important est de pouvoir mesurer sa performance pour que l’on puisse nous donner l’opportunité de l’améliorer et mettre en place des actions correctives

  30. Le 7 juin 2010 à 11 h 50 min

    longuet
    a écrit :

    Bravo! les cv aux vc!

    • Le 7 juin 2010 à 19 h 25 min

      Joli jeu de mot !!!
      Le Cv est une lecture d’un parcours professionnel, la méthode recruter sans Cv est une recherche de faits ,de situations.On demande de produire des preuves et de décrire des évenements avec des détails.On est sur du : Où ,quand ,comment ,combien de temps,avec qui ,quels résultats obtenus?
      Deux approches différentes.

  31. Le 6 juin 2010 à 4 h 20 min

    Michel
    a écrit :

    à quoi bon alors qu’en France on ne juge pas sur les compétences, mais sur les diplômes ? Dès lors que quelqu’un n’a pas exercé durant quelque temps, il est considéré comme incapable d’avoir acquis un savoir-faire ! L’autodidacte: un incapable qui ne sait ni ne connait rien ! Et le candidat âgé de plus de cinquante ans (voire même quarante cinq) inutile à être considéré car plus assez soumis et trop cher (même au Smic)! Et puis, pourquoi, si ce système est valable, le réserver aux cadres? pourquoi ne pas l’appliquer aussi aux non-cadres?

    • Le 5 septembre 2012 à 3 h 30 min

      Roiber
      a écrit :

      Floriane dit : Fe9vrier est arrive9 et la pe9riode des voeux est donc termine9e ! Voici donc les re9ponses de notre petit jeu :Thanh : Dexter Morgan [DEXTER]Xuxu : Horatio Caine [LES EXPERTS MIAMI]Alex : Claire Bennet [HEROES]Florent : Dr Gregory House [HOUSE MD]Benoit : John Locke [LOST]He9le8ne : Sookie Stackhouse [TRUE BLOOD]Samy : Hank Moody [CALIFORNICATION]Jean-Se9bastien : Sheldon Cooper [THE BIG BANG THEORY]Floriane : Blair Waldorf [GOSSIP GIRL]Equipe : [LOST]Bravo aux ganatgns et merci e0 tous d’avoir participe9 !Il nous reste des stickers donc si e7a vous inte9resse, vous pouvez passer nous faire un coucou e0 la Source et repartir avec vos autocollants !

    • Le 7 juin 2010 à 19 h 34 min

      C’est l’occasion de contrer ces remarques par de nouvelles méthodes .”recruter sans Cv peut permettre de prendre en compte des expériences diversifiées et non linéaires .Aux candidats de répondre à certain questionnaire pour démontrer leur capacité à transférer leur savoir -faire. Auchan,Danone ,Veolia ,Areva se sont lancés dans ce nouveau pari et ce n’est qu’un début.Le questionnaire de compétences a débuté à l’Apec mais s’ouvrira à d’autres projets!!!

  32. Le 4 juin 2010 à 12 h 12 min

    Dominique
    a écrit :

    Tout cela me semble être de la poudre aux yeux, pour 2 raisons :
    1) beaucoup trop souvent, les entreprises ne cherchent que des gens qui ont déjà fait exactement le même type de mission que celle qu’elles proposent (elles ne veulent pas dépenser en formation, elles veulent des gens immédiatement rentables, en plus elles savent qu’elles ont l’embarras du choix donc pourquoi se gêner, et tant pis pour le salarié qui s’ennuie ! C’est un peu facile, aucune entreprise ne veut former, elles veulent toutes profiter d’un savoir-faire. Sommes-nous condamnés à faire sans cesse le même job ?? (jusqu’à ce qu’on nous explique qu’on est trop vieux, bien sûr)
    2) Si un candidat a un savoir-faire précis, c’est qu’il l’a appris dans une boite précédente, laquelle ne l’a embauché que parce qu’il avait tel diplôme et tel CV… Comme personne ne donne sa chance à personne en France, c’est juste reculer pour mieux sauter : on recrute des gens sans leur demander de CV ni de diplôme, mais on sait très bien que leur savoir-faire implique qu’ils ont déjà été recrutés par le passé sur leur CV et leur diplôme, donc c’est hypocrite et ça ne change rien dans les faits.

    Question subsidiaire : que dire à nos enfants désormais ? “Mon chéri ce n’est plus la peine de passer des diplômes, il suffit juste que tu sois pistonné pour entrer dans une boite qui te donnera la chance d’apprendre des savoir-faires monnayables ensuite” ? Ou bien “Mon Chéri tu verras on te diras qu’on ne recrute plus sur diplôme, mais c’est faux en réalité, et donc il faut passer des diplômes.” ??? Si vous pouviez m’éclairer…

    • Le 7 juin 2010 à 19 h 20 min

      La méthode recruter sans CV va permettre d’ouvrir d’autres pistes pour des profils différents mais ne remet pas en cause les diplômes. Les questionnaires s’intéressent aux missions réalisées sans exiger des écoles particulières ou cursus spécifiques.vous avez pu le constater dans le ques tionnaire Auchan qui cherchait à identifier chez les jeunes diplômes et confirmés des expériences en développement d’équipes,réalisation de projets, créativité.
      on quitte dans cette méthode le profil requis (Bac+2 …..)on s’intéresse aux faits.

  33. Le 4 juin 2010 à 0 h 21 min

    Sylvie Andrac
    a écrit :

    enfin! celà fait longtemps que je recrute mes équipe de cette façon et c’est la méthode la plus appropriée que j’ai trouvée . cela dit les personnes doivent apprendre ou savoir se vendre et bien connaitre leur métier.

  34. Le 3 juin 2010 à 12 h 40 min

    CVReady
    a écrit :

    Débat “CV anonyme ou recrutement sans CV, bonne idée ou illusion pour la bonne conscience ? ” le 4 Juin sur NQTtv (Nos Quartiers Ont Des Talents – TV)
    http://nosquartiers-talents.tv/event/171/cv-anonyme-ou-recrutement-sans-cv-bonne-idee-ou-illusion-pour-la-bonne-conscience

  35. Le 2 juin 2010 à 15 h 53 min

    CATHERINE CHARBONNIER
    a écrit :

    Enfin, des sociétés osent prendre contact, recevoir des personnes qui ont un projet, une ouverture d’esprit et surtout une envie de partager une expérience et un savoir faire dans des domaines qui n’étaient peut-être pas les leur.
    Arrêtons de continuer à cataloguer et ranger dans des standards des professionnels qui sont capables de passer à autre chose et surtout ne nous arrêtons pas qu’à un CV.
    Une phrase m’est toujours restée en mémoire et elle me vient de mon ancien directeur commercial
    ” CE N EST PAS PARCE QUE C’EST DIFFICILE QUE NOUS N’OSONS PAS, C’EST PARCE QUE NOUS N’OSONS PAS QUE C ‘EST DIFFICILE.

    C.CHARBONNIER

    • Le 3 juin 2010 à 19 h 42 min

      c’est une démarche qui contribuera à explorer des parcours variés et d’identifier la pluridisciplinarité des situations professionnelles grâce à un questionnement ciblé.

  36. Le 1 juin 2010 à 21 h 52 min

    La méthode “recruter sans CV” investigue les compétences opérationnelles des candidats sans leur demander préalablement un diplôme .On leur demandera de démontrer leur savoir-faire et de l’illustrer par des exemples .Ce questionnaire permet d’interroger les capacités d’apprentissage ,les capacités d’analyse pour un poste donné.Les missions existent et le nom de l’entreprise est notée. Par la suite le candidat aura un entretien réel et non virtuel.

  37. Le 1 juin 2010 à 12 h 19 min

    arias christophe
    a écrit :

    j’ai la désagréable impression que chacun y va de sa génialissime nouvelle fausse-bonne idée pour réinventer une nouvelle méthode de recrutement…

    bientôt, le recrutement sans poste à pourvoir, sans candidat, sans recruteur, sans coordonnées pour vous joindre, sans société qui recrute, sans chemise, sans pantalon… !!

  38. Le 1 juin 2010 à 11 h 48 min

    Peggy
    a écrit :

    C’est une idée intéressante car elle soulève différentes questions? Comment réalise t’on le sourcing? (préselection des candidats avant la rencontre) doit on recevoir tout le monde en proposant une plage horaire libre au tout venant?
    Comment peut on identifier le potentiel caché du candidat (celui qu’il n’a pas repéré lui même)?
    Cette option invite les recruteurs à être plus créatifs dans la sélection des candidats (assessment center etc…)

    • Le 1 juin 2010 à 22 h 15 min

      Ce questionnaire est construit avec des RRH et opérationnels pour mettre en place un questionnement factuel sur des mises en situation .Ceci permettra
      de sélectionner avec précision des candidats qui auront répondu de manière pertinente sur cette série de questions.
      Lors de l’entretien sans CV tout va dépendre de la capacité du recruteur à questionner à partir des réponses reçues et de permettre aux candidats d’exprimer et de révéler ses talents.

  39. Le 1 juin 2010 à 10 h 39 min

    Taisant
    a écrit :

    Enfin de la convivialité et de la communication entre Entreprises et Candidats. Cela aura certainement pour mérite d’éviter les ségrégations encore trop présente même pour des Gens qui s’en défendent.
    Longue vie a ce concept.

    • Le 1 juin 2010 à 21 h 36 min

      C’est une méthode qui est centrée sur les compétences et permettra aux candidats de présenter leurs réalisations à travers ce questionnaire sans repères chronologiques, d’entreprises…. Ils pourront mettre en avant lors de l’entretien de face à face leurs capacités d’apprentissage dans un dialogue ouvert et de découverte.

  40. Le 31 mai 2010 à 11 h 26 min

    C’est vrai, cette nouvelle démarche permettra aux candidats de présenter leur savoir-faire et de se détacher du CV. Le recruteur va se centrer sur les missions significatives sans chercher une logique chronologique.
    Il portera son attention sur la capacité du candidat à appréhender des environnements différents et ses capacités d’apprentissage.

    • Le 23 novembre 2010 à 14 h 40 min

      Juriste
      a écrit :

      En vain. Si les recruteurs savent lire bien un CV ils se rendront compte du potentiel réel d’un candidat et de toutes ces capacités que vous décrivez. Par ailleurs en Angleterre on responsabilise les jeunes très tôt, on leur fait confiance, et on n’hésite pas à leur confier de missions selon leur capacités réelles plutôt que par rapport à leur diplôme.
      Un simple exemple qu’en France on ne sait pas vraiment lire les CV, ou en tout cas, apprécier le potentiel d’un candidat et sa motivation. Une grande partie de l’information sur le CV n’est réalisée que par rapport au parcours diplômant (on vous demande des mentions, plus un bac+5 ou plus, plus un diplôme de Grande Ecole, plus le CAPA (pour les avocats), plus un diplôme étranger de type LLM, plus de l’expérience PERTINENTE, de préférence sur le même poste et si possible la maîtrise de langues étrangères). Et du surcroit on vous propose une rémunération ridicule pour ces investissements. Mais on ne prends pas en compte le fait que vous aviez dû gérer tout ça et que la façon dont vous vous être débrouillés pour y arriver démontre aussi bien vos capacités et votre motivation.
      Par ailleurs, un recruteur peut toujours avoir recours aux références du recruté et puiser d’informations importantes de ces précédents employeurs, collègues ou académiques.

      • Le 1 décembre 2010 à 20 h 23 min

        Dans le cadre du qestionnaire “question de compétences” on s’interesse aux projets réalisés et l’energie déployée pour atteindre ses objectifs.Cette méthode permettra d’investiguer la dynamique et la motivation du candidat.On s’éloigne d’un écrit formel et on interroge l’inventivité du candidat.Plusieurs entreprises se son lancées dans l’aventure et les recruteurs sont prêts à aborder de manière différente un parcours professionnel.

    • Le 1 juin 2010 à 7 h 35 min

      Stéphane
      a écrit :

      Si j’ai bien compris, il n’y a pas besoin d’être titulaire de tel ou tel diplôme pour pouvoir postuler. Est-ce que le diplôme me sera réclamé ultérieurement si j’ai le poste ?

      • Le 5 septembre 2012 à 1 h 07 min

        Gisele
        a écrit :

        Matthieu a raison deux fois :1. Jusqu’e0 la fin de mai 2008 (et meame au-dele0), il va y avoir une avcalnahe de conneries.2. Le livre Slogans pour les prochaines re9volutions de Denis Langlois, qui vient de paraeetre au Seuil, est jouissif .Je n’en veux pour preuves que quelques-uns des slogans tire9s de ce livre :La re9volution fait bander mieux que le Viagra.Faites l’amour, pas les alle9es du supermarche9 !Femmes rousses, toujours plus rouges !Ne te contente pas de coucher la re9volution sur le papier, couche avec elle.Que les de9sirs de vos corps rejoignent les de9sirs du corps social !Investissons les zones re9volutionnaires, mais n’oublions pas les zones e9roge8nes.Apre8s 68, comptez 69 et recommencez.Conclusion : Embrassez la re9volution e0 pleine bouche de canon.

      • Le 1 juin 2010 à 21 h 16 min

        Dans la démarche “recruter sans CV” on vous interrogera sur vos expériences significatives à travers un questionnaire. L’ensemble des questions vont investiguer uniquement vos compétences opérationnelles. On ne fera pas référence à vos diplômes. Lorsque votre candidature est validée certaines entreprises au terme du processus de recrutement peuvent vous demander, pour constituer leur dossier administratif, vos diplômes (Tout dépend de leur organisation interne).

  41. Le 24 mai 2010 à 13 h 39 min

    Eric
    a écrit :

    Pour les candidats, définir ses savoir-faire, identifier et formuler ses objectifs personnels et professionnels est beaucoup plus important que penser CV et lettre de motivation. Alors oui, enfin, que le recrutement sans CV soit adopté est une excellente nouvelle pour réinventer les pratiques de recrutement dans notre pays, comme le font déjà les anglo-saxons.

    • Le 4 septembre 2012 à 8 h 05 min

      Aryanti
      a écrit :

      PS : Puis-je vous conseiller la rertleuce de la re9ponse faite par saint Max e0 Feuerbach, je vous la conseille. La re9ponse e0 Sancho Pancha de Feuerbach est comple8te dans le volume Max Stirner, Etudes, documents re9unis et pre9sente9s par Diederik Dettmeyer aux e9ditions L’e2ge d’homme (une des dernie8res e0 garder une ligne de probite9 qui l’honore). Vous trouverez e9galement un simple extrait dans le volume Marx / Engels de L’ide9ologie allemande aux Editions sociales. Mais vous connaissez tout cela aussi bien que moi. Dans sa pre9sentation du texte de Feuerbach critique de Stirner Robert de Weiss e9crit, en juin 1976, la re9ponse de Stirner montre en effet parfaitement quelle est la pointe dernie8re de protestation d’e9goefsme, et par le0 meame se propose e0 une interpre9tation psychanalytique qui n’est pas faite e0 notre connaissance . Robert de Weiss ne parle pas neurologie ou psychologie sociale (nous sommes en 1976) mais l’esprit y est. Si le coeur vous en dit, n’he9sitez pas e0 me neurologiser la re9ponse de Stirner. Cela me promet une belle papillote. Il est certainement vrai, comme il l’ajoute un peu plus loin, que les positions de Stirner et de Feuerbach ne se situent pas au meame niveau. Feuerbach parle communaute9 sensible, sensualite9 et sens. Sur ces points, je le suis dix fois. Stirner lui questionne le pouvoir qui s’attache e0 l’essentialisme de toutes les saisons. Son proble8me n’est pas la division des sexes, l’attirance des corps ou la sensualite9 des sens. Si la communaute9 humaine est un fait sensible , comme l’e9crit Robert de Weiss, en de9fense de Feuerbach, cela ne nous dit encore rien sur le pouvoir entendu comme essence concre8te de l’ide9al. Refuser TON incomple9tude sensuelle est en effet une aberration totale, je dis plutf4t une insondable connerie. Mais il se trouve que ce n’est pas le proble8me de saint Max. Dans la position hypersubjective (pour mettre un mot dessus) la question de la sensualite9 n’est pas pose9e. Je propose mon interpre9tation : Feuerbach conteste l’essentialisme au nom de la sensualite9 ; Stirner conteste le pouvoir rendu possible par l’essentialisme tout court. In fine, Feuerbach l’emporte car la sensualite9 l’emporte toujours. Celui qui refuse cette conclusion sera cohe9rent avec lui-meame s’il se branle, e0 la Dioge8ne, tout seul comme un con dans le froid le jour du marche9 de Noebl. J’attends Onfray pour lui donner la pie8ce. Avec un peu de chance, il me la rendra. Mais lorsque l’essentialisme triomphe dans les discours, le ressort sensuel de la critique me paraeet moins efficace que la position de principe de Stirner. C’est cela que j’appelle, non sans provocation e0 l’adresse de tous les pe9dagos du feuillet publicitaire Philosophie Magazine, une me9thodologie critique. Robert de Weiss conclut sa pre9sentation par ceci : Mais ce narcissisme, au sens technique freudien, conside9re9 dans sa traduction philosophique, me9riterait un autre examen . J’aime beaucoup le au sens technique freudien . Charmant. Le proble8me c’est que le narcissisme, avant d’eatre un sens technique freudien , charrie avec lui tout un syste8me de valeurs qu’il est plus que jamais ne9cessaire de contester e0 l’heure de toutes les orthope9dies. Autrement dit narcissisme pour quelle orthope9die morale ? Je retrouve ici un certain Nietzsche. Pour conclure je suis persuade9 que Feuerbach, Stirner, Nietzsche visent la meame chose selon des re9gimes critiques diffe9rents. En fonction des strate9gies et du type de pouvoir que l’on a en face, il est possible de mobiliser alternativement l’un et l’autre. Le de9bat qui consiste e0 faire pre9valoir l’un ou l’autre reste interne e0 la philosophie et inefficient si ce que l’on vise est l’armement pratique de la contestation. Lorsque l’on parle de a-humanisme c’est Stirner que je mobilise, plus efficace que Feuerbach. En effet, dans ce cas pre9cis il s’agit de destituer la perspective totalisante de l’essence selon le mot de Robert de Weiss. La sensualite9 viendra, plus tard, et a priori, cela dit sait-on jamais, sans TOI.

écrire un commentaire